Home  | 

Solomon Plaatje
Solomon Plaatje

South Africa

Solomon dit "Sol" Plaatje, écrivain d'Afrique du Sud, membre fondateur du SANNC (ancêtre de l'ANC), (1876- 1932).Solomon Tshekisho Plaatje est né en 1876 à Doornfontein en Afrique du Sud.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 15th Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Professional Information
Professional Areas:
Government
Working primarily in:
South Africa

Description of Work:
Solomon Plaatje appartenait à la tribu des Barolong, sous-groupe des Tswana.Il était d’origine royale. Son père descendait de Modiboa, roi déchu des Barolong au XVIe-XVIIe siècles. Sa mère était l’arrière-petite-fille de Tau, roi des Barolong au XVIIIe siècle. Toutefois, ses deux parents venaient d'une famille chrétienne.
Son enfance a été nourrie par l'histoire et les légendes des Barolong, contées par les femmes de sa famille.
Plaatje a suivi ses parents, nomades, jusqu'à ce qu'il s'établisse à Pniel avec son frère, pour aller à l'école. Comme beaucoup d’autres personnes de sa génération, Plaatje a été éduqué par les missionnaires anglais et boers.
Ensuite, il a exercé différents postes à responsabilité (à la Poste, au tribunal, à la rédaction de différents journaux...)
Dans le cadre de la guerre anglo-boer, il a vécu le Siège de Mafeking en 1899, dont il a tenu un célèbre journal.
Biographical Information
Solomon Plaatje
(At a Glance)
: male
Interests: Politique, Culture
Place of Origin: South Africa

À la fin de la guerre, le contexte déjà peu favorable se dégrade pour les Noirs, jusqu’à l’introduction des premières lois de l’Apartheid : le Natives’ Land Act en 1913 et le Natives’ Land Bill, qui dépossèdent les autochtones de leurs meilleures terres au profit des Blancs. Plaatje, qui est secrétaire du South African Native National Congress, créé en 1912, part en délégation en Angleterre pour plaider la cause des Noirs auprès des autorités compétentes. Son ambassade échouera.

Néanmoins, afin d’illustrer son propos, il écrit Native Life in South Africa qui paraîtra en 1916, la même année que son recueil de proverbes tswanas qu’il a collectés avant son départ. En 1916, il publie également avec Daniel Jones, un phonéticien anglais, A Sechuana reader in International Phonetic Orthography (with English Translations).

De retour en Afrique du Sud, il traduit en tswana diverses pièces de Shakespeare, et écrit des pamphlets sur le gouvernement sud-africain. Il part plusieurs fois en Angleterre, aux États-Unis, au Canada, où il donne des conférences sur la situation des Noirs en Afrique du Sud. Jusqu’à la fin de sa vie, Sol Plaatje restera un militant qui luttera pour les droits des Noirs, et œuvrera pour la défense de la langue et de la culture tswana, à travers la publication de contes ou de dictionnaires.

Plaatje fait principalement œuvre de militant. C'est pourquoi ses œuvres peuvent se subdiviser en deux catégories : des pamphlets ou des essais, et des ouvrages qui ont pour but de sauvegarder la langue et la culture de son peuple (recueils de contes, de proverbes, dictionnaires, traduction de pièces de Shakespeare...)

Toutefois, au sein de ces livres, Plaatje a écrit un ouvrage de fiction, en anglais (afin de pouvoir être lu dans le monde entier) : Mhudi, An Epic of South African Native Life a Hundred Years Ago. Cette œuvre est la première à être écrite en anglais par un Noir en Afrique du Sud.

Mhudi raconte l'histoire de deux personnages issus du peuple barolong, Mhudi et Ra-Thaga. Le récit commence avec les représailles exercées par le roi des Ndebele, Mzilikazi à l'encontre des Barolong. Chassés de chez eux par un massacre, les héros errent longtemps jusqu'à retrouver certains des leurs qui ont survécu. Leur peuple s'allie ensuite avec les Boers afin de se venger de Mzilikazi.

Œuvre panafricaniste, Mhudi tente de redonner aux Noirs une place dans l'histoire de l'Afrique du Sud, monopolisée par les Blancs et par l'histoire du Grand Trek. Elle dénonce les atrocités commises par les Boers sans chercher néanmoins à dissimuler les terreurs du Mfecane. À la fin, les personnages noirs se retrouvent unis par un désir de paix, et soumis à leur destin tragique ou violent. (source wikipedia)



Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

France, Congo-Kinshasa, Government
Government, Tanzania
Lesotho, Government
Niger, Government
Government, Algeria

Le top des actualités des actualités